#TECH'

DJI SPARK, TROIS MOIS APRÈS…

Souvenez-vous, en juillet dernier, j’avais publié le test du DJI Spark. Depuis, je l’ai beaucoup utilisé, dans divers décors, divers lieux, et trois mois plus tard, je suis en mesure de vous faire un premier feedback….

Si vous souhaitez jeter un oeil sur le test du Spark, jetez un oeil ici.

LES DÉBUTS

La passion pour les drones est venue quand j’ai commencé à checker des vidéos sur YouTube et des photos sur Instagram. Franchement, j’avais été véritablement séduit par ce type de gadget. Étant complètement novice dans le pilotage de drone, je vous avoue que la confiance n’était pas top au début. Vous commencez à choisir un lieu idéal sans trop de monde, afin de le faire voler en toute sécurité. J’avais choisi un parc sur les hauteurs de Caen pour commencer. Pas de chance, je me suis fait virer, car il était interdit de faire voler quoique soit… Les fameuses NO-FLY- ZONES 👏🏻👏🏻👏🏻

L’objectif d’avoir un drone était, avant tout, de faire des photos originales, différentes de ce que l’on peut trouver sur les réseaux sociaux. Avec un voyage en Islande en approche, je voulais absolument marquer le coup. J’ai appris à voler doucement mais surement…

LES PREMIERS VOLS D’ESSAIS DU DJI SPARK

Afin d’être à l’aise, j’ai fait voler le drone au dessus d’une plage de Ouistreham, et les premiers essais étaient assez concluants. Le pilotage à la télécommande est précis, malgré quelques soucis de perte de signal, vite corrigés par des mises à jours. J’essaye, avant tout, de faire voler mon drone s’il n’y a pas trop de vent ni de pluie. Le vent reste encore et toujours ma principale hantise, car avec son poids plume de 300g, et son petit gabarit, j’ai toujours peur que le drone prenne une rafale jusqu’à en perdre le contrôle…

Petit à petit, j’ai appris à faire confiance au Spark, en le faisant prendre une altitude toujours plus haute au fur et à mesure des essais. À partir de 60-70m mètres d’altitude, vous ne voyez plus le drone. Le plus haut que j’ai fait a été 120m. Autant vous dire que j’étais pas du tout serein. La seule visibilité que vous avez, c’est à travers le retour vidéo de votre smartphone. Difficile à localiser, je reste constant stressé par l’idée d’une perte de transmission, sans retour vidéo.

On attaque la partie anecdote:

#1 –> En plein centre ville à Reykjavik, je décide de faire une panoramique de la ville à 60 m d’altitude. Après 2 min de vol, le drone perd le signal et reste en stationnaire, avec plein de touristes en dessous. Plus aucun contrôle sur le drone, la panique commence à venir. J’essaye tant bien que mal à le faire descendre. Et puis ouf ! Le drone récupère le signal WiFi,  me donnant à nouveau le contrôle 😳

#2 –> Toujours en Islande, près de la cascade de Seljalandsfoss, je décide de faire quelques plans vidéo du paysage malgré un pluie très fine sans trop de vent. Tout se passer très bien au début, jusqu’au moment où le drone est parti tout seul à l’opposé de ma direction, sans savoir réellement pourquoi. J’ai eu plusieurs soucis comme celui-ci, où le drone n’en fait qu’à sa tête. À 800 € le gadget, je vous assure que vous stressez pas mal… Ces problèmes ont été reconnus par le fabriquant, et une mise à jour a été publiée depuis.

#3 –> Prêt de chez moi (en Normandie), le drone a pris un arbre, lors de l’utilisation du mode sport. J’avais mal estimé la distance d’arrêt prêt d’un arbre…  Forcément à 50 km/h, j’étais ravi. Plus de peur que de casse cela dit. Les ailes sont intactes, on s’en tire bien !

#4 –> en plein Lisbonne, j’ai fait voler le drone au dessus du quartier de l’Alfama. Beaucoup de vent en altitude, j’ai quand même réussi à faire ma photo. Mais, je reste quand même un peu sceptique… Fin des anecdotes.

Concernant la batterie, j’ai appris à utiliser le drone pendant 12 minutes. Je garde 3 minutes de réserve pour le faire revenir sur son point de décollage. (Je possède deux batterie de 15 min)

Concernant les modes de prise de vue, je les utilise très rarement, car j’aime bien avoir un pilotage manuel. Cela dit, afin de perfectionner les vidéos, j’utiliserais le mode Tripod permettant de faire de belles cinématique, avec un pilotage doux. À tester.

DES PHOTOS SUBLIMES 

Depuis le mois juillet, j’ai pas mal bougé mes fesses, en Islande au mois d’Août, à St. Malo et plus récemment à Lisbonne (là où je vis actuellement). Je vous propose une petite galerie-photo:

Aujourd’hui, j’emporte le drone dans chacun de mes déplacements, en voyage ou en sortie. Il est facilement transportable. Ensuite, je me suis découvert une véritable passion pour la prise de vue aérienne, et je prends clairement mon pied. J’essaye de faire de plus en plus confiance à mon drone. Les mises à jour régulières me mettent un peu plus à l’aise, et j’arrive désormais à faire monter le drone plus haut, sans forcement avoir un visuel à l’oeil nu.

L’objectif, à présent, est de réaliser de belles vidéos, tout en continuant à trouver de magnifiques spots pour les photos.

Vous pouvez réagir à cet article dans les commentaires. N’hésitez-pas à poser vos questions, je serai ravi de vous répondre !

See ya’ 👋🏻

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *